BOIS ENERGIE

BIOMASSE SOLIDE – LE BOIS

Qu’est-ce que la biomasse solide ?

La biomasse solide représente les matériaux d’origine biologique qui peuvent être employés comme combustible pour la production de chaleur ou d’électricité. Ce sont principalement les ressources ligneuses (à base de lignine) d’origine forestière, agricole ou urbaine, aussi appelées bois-énergie : le bois bûche, les granulés de bois, les déchets de bois sous forme de plaquette ou de sciure… Ce sont aussi les matières organiques telles que la paille, les résidus de récoltes et les matières animales. Enfin, les liqueurs noires, issues de l’industrie papetière, et les déchets urbains solides renouvelables sont aussi considérés comme biomasse solide.

Provenance de la biomasse solide ?

Le combustible provient d’origines très variées. De la forêt d’abord, avec le traitement des rémanents, du bois d’éclaircie ou d’élagage. Toutes les essences d’arbre peuvent convenir, feuillus ou résineux. Les peuplements non forestiers comme les parcs, les jardins, les bords de routes et les haies bocagères fournissent aussi du combustible. L’industrie du bois rejette des sous-produits à chaque transformation de ses matériaux. Sciure, écorce, copeaux et chutes de découpe sont valorisées dans les industries de trituration (pâte à papier, panneaux de particules) mais aussi dans les chaufferies. Les déchets d’emballage bois peuvent aussi être utilisés, à savoir les cagettes et palettes broyées. L’agriculture et le secteur agroalimentaire fournissent des matières organiques cultivées à cette fin (céréales) ou des résidus (balles de riz, coquilles de noix…) utilisés pour la production d’énergie.

Pourquoi le bois est-il une énergie renouvelable ?

Le bois une énergie renouvelable ?

Il faut tordre le cou aux idées reçues : oui, le bois est une énergie renouvelable. Dans la majorité des pays Européens, le prélèvement forestier reste inférieur à l’accroissement naturel de la forêt. Le développement de la filière biomasse solide ne contribue donc pas à la déforestation. Et, comparé aux énergies fossiles, la durée de reconstitution du bois est de loin la plus rapide : de 15 à 200 ans contre 250 à 300 millions d’années pour le charbon, et 100 à 450 millions d’années pour le pétrole.

L’utilisation de la biomasse, quel impact sur l’effet de serre ?

Durant sa croissance, la biomasse doit consommer une grande quantité de dioxyde de carbone. Ce dioxyde sera ensuite libéré dans l’air quand le bois se décomposera ou lors de sa combustion. Le gaz sera alors de nouveau absorbé par la biomasse. Il y a donc un équilibre, et l’impact est neutre sur l’effet de serre, contrairement aux énergies fossiles qui libèrent de grandes quantités de CO2 dans l’atmosphère. Un stère de bois consommé évite l’émission de 180 kg de CO2 qui auraient été produits par une énergie fossile. Pour une tonne de plaquettes, ce sont 500 kg de CO2 et 700 kg pour une tonne de granulés. Quant aux poussières, les progrès techniques des nouveaux appareils permettent de réduire leur quantité.

Le cycle de carbone du bois est équilibré.

Lorsque le bois brûle, les émission de gaz carbonique (CO2) sont équivalentes à celles qui auraient eu lieu lors de sa décomposition naturelle. Lors de leur croissance, les arbres absorbent le gaz carbonique de l’air, le bois-énergie ne contribue donc pas à la production de gaz à effet de serre.
C’est donc une énergie renouvelable, à la condition que les déboisements soient inférieurs à l’accroissement forestier !

L‘énergie, sous quelle forme la revaloriser ?

La biomasse solide se prête mieux à la production de chaleur pour le chauffage, la production de vapeur pour des procédés industriels, le séchage… Il est aussi possible de produire de l’électricité, revendue sur le réseau : la vapeur produite fait tourner des turbines qui génèrent du courant. Toutefois, la production d’électricité seule à partir de biomasse solide présente un rendement faible. Aussi, la cogénération est-elle principalement utilisée pour produire de l’électricité en plus de la chaleur.

Quelles sont les différentes formes du combustible ?

Les bûches sont le combustible le plus utilisé par les particuliers. Elles sont conditionnées en rondins ou en quartiers de 33 cm, 50 cm ou 1 m. L’unité de mesure est le stère qui correspond à un empilement de bûches sur 1 mètre cube, pour un contenu énergétique de 1 500 à 2 000 kWh. Du côté des sous-produits de l’industrie du bois, on retrouve les écorces utilisées dans les grandes chaufferies pour alimenter les réseaux de chaleur ou en autoconsommation pour les scieries. Les sciures sont aussi valorisées énergétiquement sur place ou compressées sous forme de granulés pour les poêles ou chaudières automatiques. Les plaquettes résultent du broyage et de la compression des dosses et délignures, des nez de sapin et de la chute de découpes. Même principe pour les briquettes ou bûchettes reconstituées, à base de copeaux et de sciure, elles sont utilisées pour les cheminées ouvertes, les inserts, les foyers fermés, les chaudières, les poêles et les grosses chaudières automatiques. Le bois de rebut est broyé, déferraillé puis criblé avant d’alimenter les grosses chaudières. La paille et les résidus de récolte peuvent être présentés sous forme de granulés.

mesure bois de chauffage

CHAUFFAGE AU BOIS

Chauffage pellets de bois

Chauffage plaquettes de bois

Chauffage bûches de bois

INSTALLATIONS

PELLETS

Chauffage central Windhager

Poêle Windhager

Fourneau Pierre Olaire

Fourneau Tiba

PLAQUETTES

Chauffage central Windhager

Fourneau Windhager

Fourneau Tiba

BUCHES

Chauffage central Windhager

Cuisinière

Insert cheminée

Fourneau Tiba

ENERGIE PROPRE

SUBVENTION ENERGIE RENOUVELABLE

FORETS SUISSES

La forêt suisse offre du bois en abondance

La forêt occupe un tiers du territoire suisse. Environ 30% de sa surface est en mains de propriétaires privés, 35% appartiennent à des organismes dépourvus de souveraineté fiscale comme des bourgeoisies et des corporations, 30% est la propriété de communes et 5% des cantons et de la Confédération. La loi sur les forêts protège la surface forestière et assure à tous son libre accès, y compris dans les forêts privées.

La loi suisse sur les forêts est une des plus sévères au monde. Elle garantit une exploitation durable et respectueuse de la nature. Son entretien vise à remplir de manière optimale les attentes les plus diverses: espace de vie pour le faune et la flore, forêt protectrice, lieu de détente, pourvoyeuse de bois. Afin de remplir au mieux toutes ces exigences, la forêt doit être rajeunie et entretenue. Ainsi, celui qui utilise du bois suisse contribue à une forêt saine et durable.

Chaque année, 10 millions de mètres cube de bois sont produits par la forêt, l’équivalent d’un cube de 215 mètres de côté ! De cette matière naturelle sont extraits des poutres, des planches, des revêtements de sol, des meubles, des jouets, des fibres utiles à la confection de vêtements et de papiers. En outre, la part de bois dévolue à l’énergie, sous forme de pellets, de copeaux de bois ou de bûches est croissante. Dans le bâtiment, le bois gagne aussi en importance : il est neutre pour le climat, s’avère idéal pour les constructions à basse consommation d’énergie, pour densifier les villes et offre un niveau de confort inégalé.

NOTRE PARTENAIRE WINDHAGER

Le chauffage depuis 1921. Made in Austria

Stockage pellets – plaquettes

CONTACT

(+41) 79 436 66 03

Adresse

Rte de Mollie-margot 14

1080 Les Cullayes

VD - Suisse

Email

pestoppey@bluewin.ch

Dépannage

7 / 7 sous 24 heures

Heures de bureau

Lundi - vendredi

8:00 - 12:00  13:30 - 17:30

Samedi et dimanche

Urgence sur appel